↑ Revenir à Répertoire

Lys Martagon (Diptyque Sylvain Levey)

Le texte

« Admirer est un drôle de mot quand on habite ici.

– A tort. Chacun voir ce qu’il veut ». Lys Martagon, de Sylvain Levey

 

Création janvier 2015 au Volcan – Scène Nationale du Havre. Lys Martagon inaugure la salle jeune public de la scène nationale.

Travailler sur deux textes d’un même auteur, c’est faire le choix d’une immersion qui permet de faire des allers et retours entre les œuvres en enrichissant et en nourrissant le propos artistique. Par ailleurs Ouasmok ? et Lys Martagon ont de fortes thématiques qui résonnent entre elles et s’entrecroisent. axées sur la rencontre urbaine d’une fille et d’un garçon, les deux pièces de Sylvain Levey font entendre les voix d’enfants qui doivent se construire sans se résigner et trouver le moyen de rêver et d’inventer au milieu des débris laissés par les adultes. A travers le jeu avec les mots et les situations, se dessinent les figures des deux héroïnes, Léa et Lys, jeunes femmes en devenir qui choisissent d’être aux commandes de leurs destins sans se résigner et tentent d’affronter la réalité sans la subir.

Lys Martagon est une pièce imaginée par Sylvain Levey en 2011 à l’issue d’une série de résidences d’écriture à l’Espace 600, scène dédiée au jeune public à Grenoble. La pièce est fortement imprégnée de ce contexte, elle oscille en permanence entre la nature et l’urbain, entre les grands espaces et le bitume.

Lys Martagon est une adolescente rêveuse qui vit seule avec sa mère dans une cité sensible entourée de montagnes. L’auteur a donné à son héroïne le nom d’une fleur qui pousse là où les autres ne peuvent pas pousser, une fleur rare et cachée. Lys aime les mots, elle aime parler et s’évader loin des barres d’immeubles qui l’entourent. Solitaire, elle est à l’écoute de tout l’univers autour d’elle et sait voir les choses belles et poétiques. Le choeur de la Vallée, personnage fantastique dialogue avec elle et fait le lien avec le public. Figure paternelle peut-être, présence irréelle en tout cas qui permet de faire voyager la pièce dans un univers poétique et décalé. Un jour, Lys fait la rencontre de Demetrio, jeune garçon des cités, murés dans son silence et son agressivité, car il ne sait pas comment on peut vivre autrement. Elle va peu à peu l’apprivoiser en essayant de lui faire découvrir le monde en lui apprenant à entendre et à regarder: Lys aime faire des listes, de noms de fleur, des mers, des océans et des îles. Elle aime aller crier ses mots dans la montagne. Comme l’explique l’auteur, Lys « prend le risque du beau, de la langue ». Mais si Lys cherche autant à goûter les mots et à s’évader dans la langue, c’est parce qu’elle est dans une quête de sens, comprendre le monde qui l’entoure et surtout ne pas se résigner, donner un sens à sa révolte, et avancer les yeux ouverts. Lys Martagon est une « guerrière du beau ». Le soir venu, elle attend sa mère qui travaille, encore et toujours, qui travaille trop et qui ne la voit pas grandir. 

Basé sur les trajectoire de deux figures adolescentes que tout semble opposer, Lys Martagon emmène les jeunes spectateurs dans un univers poétique, avec un travail sur la langue passionnant et toujours accessible.

Jeune public à partir de 10 ans

 

Intentions

Ce qui m’a particulièrement intéressé dans la pièce de Lys Martagon c’est autant ce que le texte dit et ce qu’il ne dit pas, ce qu’il laisse devenir. Tout ce qui n’est pas écrit et que l’auteur nous laisse la liberté d’inventer : la temporalité, les espaces, la distribution des répliques même parfois.

Certes la pièce c’est avant tout l’histoire de Lys, jeune fille de 17 ans élevée seule par sa mère qui travaille trop et ne veut pas la voir grandir. Lys a soif d’apprendre, de connaître, et elle a décidé qu’il ne tient qu’à chacun de voir le beau dans le monde qui l’entoure. Et si elle parle beaucoup c’est aussi qu’elle a décidé qu’il ne tient qu’à chacun de voir le beau dans le monde qui l’entoure. Et si elle parle beaucoup c’est aussi qu’elle a décidé de rompre les solitudes, et que d’après elle, le silence est le complice de l’assassin.

Mais au-delà de ce beau portrait d’une jeune femme volontaire et rebelle, je vois également dans la pièce le récit des trajectoires parallèles de deux adolescents d’aujourd’hui qu’à priori tout oppose.
Ce texte est l’histoire de leur rencontre, mais aussi celle de leur amour impossible. Je m’attacherait à rendre compte de cette histoire en mettant en scène les portrais de ces deux adolescents, car même si Demetrio parle peu et que Lys est omniprésente dans la pièce, je pense important que les deux figures d’adolescents soient représentées et qu’on les voie vivre au plateau. Pour cela, nous avons opté pour un dispositif scénique qui mettra en valeur ce « binôme » mais aussi cette permanente confrontation entre montagne et cité qui devra être perçue, mais sans manichéisme : le territoire le plus hostile n’est pas toujours celui qu’on croit et le danger ou la beauté sont partout nous dit la pièce.

Deux autres axes sont importants dans le travail : celui de la relation mère-fille et au-delà, la question de la parentalité, de l’adolescence ou encore une fois celle du regard. Lys reproche à sa mère de ne pas la voir grandir parce qu’elle travaille trop. Comment les deux peuvent-elles dialoguer, s’entendre, l’amour suffit-il pour cela, le temps est-il indispensable pour cela? Et Lys qui a tant soif de comprendre et voir la beauté des choses est-elle cependant capable de voir tout l’amour que sa mère lui porte et les « sacrifices » qu’elle fait pour elle ?

Enfin l’axe du lien du public est très important à traiter dans la pièce, à travers ce que l’auteur a appelé « le chœur de la vallée ».
Impossible de le savoir pour le spectateur, mais l’auteur n’a pas « distribué » ses répliques aux personnages. C’est à dire que pour chaque début de scène, il indique les personnages protagonistes mais que les répliques ne sont pas distribuées. Quand il s’agit d’un dialogue, la répartition tombe sous le sens. Mais quand trois personnages sont présents dans la scène, les possibles sont naturellement multipliés. D’autant que ce qui est indiqué par l’auteur comme étant le chœur de la vallée peut être représenté par plusieurs personnes si on prend l’appellation chœur au sens antique du terme par exemple.

J’ai fait le choix d’un seul comédien pour le chœur de la vallée. Pour moi, il sera dans le spectacle à la fois une sorte de narrateur, de confident, et d’accompagnateur pour les jeunes spectateurs avec lesquels il sera en adresse directe. Ce procédé permettra d’emmener plus aisément les spectateurs vers des moments poétiques et parfois quasi-irréels contenus dans le texte. Un travail de multi-diffusion sonore sur la voix du chœur renforcera par ailleurs à certains moments une impression de présence multiple et surprenante pour ce « personnage ».

Anne-Sophie Pauchet

 

Distribution

Mise en scène : Anne-Sophie Pauchet

Avec Laetitia Botella, David Charcot, Nadir Louatib et Anne-Sophie Pauchet

Scénographie et collaboration artistique : Arnaud Troalic

Création lumière et régie générale : Grégoire Lerat

Musique : Family Tree

Multidiffusion : Eric Broitmann

Construction décor : Joël Cornet

Régie son : Laurent Gruau

 

Médiation culturelle

Dans le cadre de l’accueil des représentations de Lys Martagon, la compagnie a conçu un parcours d’interventions artistiques à destination des élèves, adaptable aux classes de primaire, de collège ou de lycée selon les besoins :

– Sensibilisation au spectacle (séance d’une heure) par les comédiens ou la metteure en scène : présentation de la pièce, des personnages et des enjeux du texte.

– Parcours sur la thématique « chercher le beau et jouer avec les mots »: ateliers de pratique en classe, jeux et familiarisation avec le texte, découverte d’un corpus de textes, mini-atelier d’écriture.

– une animation pédagogique sur le spectacle en direction des enseignants ainsi qu’un dossier pédagogique complet et adapté aux différents niveaux.

Pour tout renseignement sur les interventions artistiques liées au spectacle, merci de contacter la compagnie.

 

Mentions légales

Production : Compagnie Akté

Coproduction : Le Volcan – Scène Nationale du Havre

Soutiens et résidences : CDN De Haute-Normandie – La Chapelle Saint-Louis à Rouen, Dieppe Scène Nationale, Le Passage-Scène Conventionnée à Fécamp, Le Rayon-Vert à Saint-Valéry-en-Caux, L’Amphithéâtre à Pont-de-Claix

La compagnie Akté est conventionnée par la Ville du Havre, la Région Haute-Normandie et le Ministère de la Culture/Drac Haute-Normandie.

Avec le soutien financier du Conseil Général de Seine-Maritime

Crédit photo : bbflirt et Arnaud Troalic

 

Dates Précédentes

Date Ville Salle Pays
12/01/15 - 16/01/15 http://akte.fr/accueil/les-dates/ Lys Martagon dans Le Havre Le Volcan France
Billetterie: 02 35 19 10 20. Adresse: Espace Oscar Niemeyer – Place Charles de Gaulle. Séances scolaires : lundi 12, mardi 13 et jeudi 15 janvier 2015 à 10h et 14h30, vendredi 16 janvier 2015 à 10h Séances tout public : mercredi 14 et vendredi 16 janvier 2015 à 18h30
05/02/15 - 06/02/15 http://akte.fr/accueil/les-dates/ Lys Martagon dans Dieppe Dieppe Scène Nationale France
Billetterie: 02 35 82 04 43. Adresse: Quai Berigny. Représentations au Drakkar, rue Jean-Pierre Leguyon, Neuville-lès-Dieppe Séances scolaires : Jeudi 5 février à 10h / Vendredi 6 février à 10h et 14h30 Séance tout public : Jeudi 5 février à 20h
02/04/15 - 03/04/15 http://akte.fr/accueil/les-dates/ Lys Martagon dans Saint-Valéry-en-Caux Le Rayon Vert France
Billetterie: 02 35 97 25 41. Adresse: 14 rue de la Grâce de Dieu. Séances scolaires : jeudi 2 et vendredi 3 avril à 14h Séance tout public : vendredi 3 avril à 19h30